Alerte cybersécurité

emploi intérim

Dans le cadre de ses échanges avec l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information ANSSI , le Medef (Mouvement des entreprises de France) nous alerte sur une faille de sécurité critique dans les produits Windows et Windows Server. Cette faille de sécurité peut conduire à des situations d’espionnage, vol, voire destruction des données suite à la prise de contrôle à distance de vos ordinateurs ou serveurs. Il est recommandé de mettre à jour rapidement les équipements concernés avec les correctifs de sécurité mis à disposition par Microsoft.

Loi santé au travail : Les nouvelles règles à appliquer depuis le 31 mars 2022

Depuis le 31 mars 2022, la Loi santé au travail est entrée en application et entraine à la fois de nouvelles dispositions, mais également des changements en ce qui concerne le document unique et le harcèlement sexuel.

Le DUERP

Le Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels est obligatoire dans toutes les entreprises dès l’embauche du 1er salarié. L’employeur consigne dans ce document le résultat de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité auxquels peuvent être exposés les salariés.

Ce document présente de nombreux changements et des allègements de certaines mesures : Révision des modalités d’élaboration, de mise à jour, de mise à disposition et de conservation du Document Unique.

L’un des principaux changements concerne les risques psychosociaux. Dans le cadre de cette nouvelle loi santé-travail, l’employeur doit désormais inclure les risques liés à l’organisation du travail dans son champ d’évaluation, puisque ces modalités peuvent être à l’origine de nombreux risques psychosociaux.

De plus, la loi prévoit que, si l’évaluation des risques et l’élaboration du DUERP relèvent toujours de la responsabilité de l’employeur, le CSE va désormais « de procéder à l’analyse des risques professionnels auxquels peuvent être exposés les travailleurs, notamment les femmes enceintes, ainsi que des effets de l’exposition aux facteurs de risques professionnels »

Des élus qui bénéficient également d’un renforcement de leur formation puisque “la formation santé/sécurité des membres de la délégation du personnel du CSE est désormais de cinq jours minimums pour l’ensemble des membres du CSE”.

 

Le suivi médical étendu et le dossier médical partagé

La Loi santé au travail crée l’instauration d’un nouvel examen médical obligatoire pour les salariés : la « visite de mi- carrière ». Elle doit être organisée :

  • Soit de manière autonome, à une échéance déterminée par accord de branche ou, à défaut, durant l’année civile du 45ème anniversaire du salarié
  • Soit conjointement avec une autre visite médicale dans les deux ans précédant l’échéance précitée
  • Ou, enfin, dès leur retour à l’emploi, pour les salariés désinsérés professionnellement et remplissant les conditions fixées par l’accord de branche ou à défaut âgés d’au moins 45 ans.

Les employeurs sont désormais obligés d’informer les salariés qui ont eu une absence de plus de 30 jours, qui reviennent d’un congé maternité ou d’une absence pour cause de maladie professionnelle, qu’ils peuvent bénéficier d’une visite de pré-reprise pour favoriser leur réinsertion professionnelle suite à un arrêt maladie de longue durée.

Enfin, la Loi santé travail met en place un dossier médical partagé (DMP). Il s’agit d’un dossier numérique visant à favoriser la prévention, la qualité, la continuité et la coordination des soins entre les professionnels de santé. Il est ouvert par l’assuré ou, avec son consentement, par la CPAM ou par un professionnel ou un établissement de santé. Il est destiné à contenir l’historique des soins et traitements des 12 derniers mois et toutes autres informations médicales (Résultats d’examen par exemple) ou utiles au suivi médical du patient (Allergies, personnes à prévenir en cas d’urgence…)

Il s’agit d’une mesure qui permet de décloisonner la santé de la ville et la santé au travail.

 

La nouvelle définition du harcèlement sexuel dans le Code du Travail

Autre mesure importante de la Loi santé au travail : Une nouvelle définition du harcèlement sexuel dans l’article 1er de la Loi, alignée sur celle prévue par le Code Pénal, et en y insérant le terme « sexiste ». Constituent donc “un harcèlement sexuel les propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste répétés qui portent atteinte à la dignité du salarié en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, ou créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.”

Le Code du travail est aussi enrichi de dispositions relatives au harcèlement de groupe. “Le harcèlement sexuel au travail est aussi constitué dans les deux situations suivantes : lorsqu’un salarié subit de tels propos ou comportements venant de plusieurs personnes, de manière concertée ou à l’instigation de l’une d’elles, alors même que chacune de ces personnes n’a pas agi de façon répétée ; ou lorsqu’un salarié subit de tels propos ou comportements, successivement, par plusieurs personnes qui, même en l’absence de concertation, savent que ces propos ou comportements caractérisent une répétition”.